La posture de novembre 

Adhomukha svanasana, le chien tēte en bas est une posture idéale pour sentir l’expiration dans l’abdomen (la zone d’apana). Il est donc utile d’y rester plusieurs respirations, jusqu’à laisser le ventre se creuser vers la colonne vertébrale.
Ce chien étire le dos et l’arrière des jambes. Mais si besoin, les genoux peuvent être pliés pour aider à poser les talons au sol et pousser le bassin vers le haut.
Le dos va vers l’allongement et la cage thoracique vers l’ouverture. Cette posture fortifiera les bras qui, cependant, ne doivent pas repousser le sol avec excès.

« Les choses se soumettent avec la force, mais avec l’intention, elles se libèrent »
TKV Desikachar

Quel yoga pour soi ?

Le Monde magazine publie le 4 novembre 2017 un dossier sur « la folie yoga ».  Il y est question de stages en hôtels de luxe, de lancement de tenue par de grandes marques, de postures acrobatiques, de « fitgirls » parfaites, de boissons healthy…
Et sinon, pour les gens normaux qui ne cherchent pas à briller, sinon de l’intérieur, il reste un yoga traditionnel, soucieux de la santé de chacun. Un yoga qui peut les accompagner sur un chemin tout personnel de découverte de soi, en vrai. C’est ce type de yoga que je propose. Si l’aventure vous tente, rejoignez les petits groupes de mes cours… 

La posture d’octobre

 

cobra

Le Cobra, Bhujangâsana. Cette posture sur le ventre demande de trouver son socle, de s’abandonner dans le sol. Ce n’est qu’une fois cet abandon trouvé que le buste se soulève, grâce à la tonicité du dos et sans blesser les lombaires. La respiration fait le reste… même si le diaphragme doit trouver comment s’accommoder de la contrainte du sol.

Au début, mieux vaut ne pas solliciter les bras en les laissant le long du corps. Cela évite de pousser par les membres supérieurs et de casser le dos au-dessus du bassin. Car, après tout, comme l’indique le nom de cette posture, le cobra n’a pas de membre ce qui ne l’empêche nullement de se redresser d’impressionnante façon.

Atelier d’automne

Grand oublié de nos vies trépidantes, notre souffle en dit long sur nous. L’essoufflement trahit nos émotions, signe le dépassement de notre capacité physique ou la dispersion mentale.

Revenir à son souffle, c’est d’abord revenir à soi-même.

Je vous propose un atelier Trouver son souffle. Dimanche 29 octobre, 10h a 13h, Le Minihic.
En savoir plus…

La posture de septembre

Bien loin des postures photogéniques et glamour, Uttânâsana, la flexion avant est une posture simple, en apparence. Mais chaque fois que je la pratique, elle m’apporte toujours quelque chose.
Assouplissement de la chaîne arrière de muscles, des talons jusqu’à la nuque, expiration approfondie, sans oublier un alignement du dos dans la « sthiti », indispensable à une bonne respiration dans le prânâyâmâ. Cette posture est un excellent début à une pratique. Une posture idéale pour la rentrée…
FullSizeRender (3)

« Le guerrier de la lumière partage avec les autres sa connaissance du chemin. Celui qui aide est toujours aidé et il a besoin d’enseigner ce qu’il a appris. »

Paulo Coelho – Manuel du guerrier de la lumière

En formule week-end

Vous pouvez prolonger l’Atelier yoga par un week-end au calme, en bords de Rance.
Le samedi soir, vous pouvez loger et dîner au « Campement », dans un recoin arboré du Minihic, entre estuaire et campagne. Le repas servi sera végétarien.

Le dimanche matin, avant la pratique, petit-déjeuner léger à partir de 7h30 (thé, tisane, fruits, céréales…)

Après l’atelier, le dimanche, vous pourrez librement profiter de la plage abritée du Minihic-sur-Rance, pour des balades en bord de Rance, ou d’une pause sur la côte, à Dinard, Saint-Lunaire, Saint-Malo…

IMG_2015
Le calme des bords de Rance (photo J. Pasquet)

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑